Coincidente?

Nu de putine ori mi s-a intamplat sa ma gandesc la anumite lucruri si chiar sa se intample. De exemplu ma gandeam „parca vad ca astia de la noul job or sa ma cheme la munca chiar pe data de 13 – ceea ce inseamna ca, in cazul meu, nu poate decat sa imi poarte noroc :D”.
Apoi ieri am avut o stare nasoala ca si cum urma sa se intample ceva ce imi va cauza emotii :)). Si tot ieri am avut un test fulger in franceza la noul loc de munca (ce mandra sunt cand zic „noul loc de munca” :>); dupa test ma gandeam „oare ce mai face profa de franca din generala?”.
Iata ca azi m-am intalnit cu dna profesoara de franceza, cea care ne punea sa ne aducem „poupées-urile” la scoala in clasa a doua ca sa ne invete cum se spun anumite parti ale corpului, cea care radea de mine ca i-am transmis colegului de banca herpesul („Tu lui a donné des bisous, n’est pas?” ), si care ne invata cantece in franceza.
M-a mirat faptul ca m-a recunoscut dupa atatia ani(!) – intr-adevar trecerea anilor si-a pus amprenta si pe chipul dumneaei, dar tot ochi frumosi verzi si zambitori are :). A fost atat de binevoitoare incat mi-a dat numerele de telefon pentru a o contacta in caz ca am nevoie de ceva… Aaaaaa ce dragut!
Cu dedicatie pentru dna M: (imi amintesc cand ne-a pus sa ascultam pentru prima oara cantecul acesta dupa versurile din manual)

 
Videourile Vodpod nu mai sunt disponibile.

Joe Dassin, posted with vodpod

Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin-là
Nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci
C’était l’automne, un automne où il faisait beau
Une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique
Là-bas on l’appelle l’été indien
Mais c’était tout simplement le nôtre
Avec ta robe longue tu ressemblais
A une aquarelle de Marie Laurencin
Et je me souviens, je me souviens très bien
De ce que je t’ai dit ce matin-là
Il y a un an, y a un siècle, y a une éternité

On ira où tu voudras, quand tu voudras
Et on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
Toute la vie sera pareille à ce matin
Aux couleurs de l’été indien

Aujourd’hui je suis très loin de ce matin d’automne
Mais c’est comme si j’y étais. Je pense à toi.
Où es-tu? Que fais-tu? Est-ce que j’existe encore pour toi?
Je regarde cette vague qui n’atteindra jamais la dune
Tu vois, comme elle je reviens en arrière
Comme elle je me couche sur le sable
Et je me souviens, je me souviens des marées hautes
Du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer
Il y a une éternité, un siècle, il y a un an

On ira où tu voudras, quand tu voudras
Et on s’aimera encore lorsque l’amour sera mort
Toute la vie sera pareille à ce matin
Aux couleurs de l’été indien